www.athle.fr
Accueil
bienvenue sur le SITE OFFICIEL
d'asnières athlétisme
Actualités
La Saintélyon 2016 .. une autre course de cinglés ... Romain s'y est frotté
Commentez cette actualité
9 Décembre 2016 - Manue
Le vendredi départ pour Lyon, après une préparation faussée par une blessure, le sort s'acharne je passe ma dernière nuit malade à dormir juste quelques heures à cause de la fièvre. 

Le samedi matin après un passage à la pharmacie et le retrait du dossard c'est repos pour voir si je serais en état de prendre le départ. Vers 18h la décision est prise j'irais à St Étienne prendre le départ.

A 20h direction la gare pour prendre le train en direction de St Étienne, arrivée à St Étienne à 22h30 puis après un contrôle sécurité dans la hall des sports je me mets en tenue et marche jusqu'au départ vers 23h20. Le 1er départ est donnée à 23h40, je partirais dans la 4eme vague soit à 00h10. Les 7 premiers km sont du bitume pour sortir de St Étienne je me cale sur le rythme de 2 personnes devant moi qui me motive à rester derrière et à maintenir ce rythme là ;)

Puis un virage à droite et les premiers bouchons, on quitte le bitume pour les chemins et un peu de boue puis vers le 12eme et après une petite montée le verglas fait son apparition et ce n'est que le début, je vois les premières chutes et commence à faire très attention à chaque appui. Puis arrivé au premier ravitaillement au bout de 16km en 1h44  petit arrêt pour recharger les flasques et manger un peu et ça repart. 

La sortie du village et les chemins sont roulants mais le verglas est de plus en plus présent une petite glissade sans tomber mais qui me fait apparaître les premières crampes. Sur les chemins, la terre est gelée, les cailloux sont gelés et chaque racine devient un piège glissant, et c'est pire sur la route ou le verglas la rend impraticable. Mais quand bien même il faut continuer à avancer et à descendre vers le second ravitaillement au km28 en 3h27.

L'arrêt sera long car la fièvre est remontée je suis transpirant et frigorifié, je grelotte certains coureurs me disent d'arrêter ça serait plus prudent. Je prends 2 doliprane  (pas bien) en me disant soit ça m'achève soit je peux continuer. Je repars lentement car je sais qu'on a la grosse côte du parcours 180m D+ en 750m. Sur le plateau il y a du monde qui propose du vin chaud qu'aucun coureur ne veut... Bon je m'arrête un peu pour discuter et boire un verre de chaud ;)
Puis une descente dangereuse avec cailloux, gel, eau et boue ... avant l'arrivée sur le ravitaillement de Saint Genou km 39 en 5h22.

Le ravitaillement est uniquement liquide, je prends là aussi mon temps et je repars en mangeant ce que j'avais emporté. En repartant de celui la ce n'est plus possible d'abandonner malgré la fatigue et le fièvre. En partant je retrouve un coureur que j'avais doublé un peu plus tôt et on fait un petit bout ensemble. En discutant avec lui il me dit qu'il était dans la vague 1 et que pour lui les 10h serait difficilement atteignable mais il me redonne un coup de boost en me disant que je pouvais y arriver largement, c’est à ce moment là ou la course commence après avoir passé le marathon il me reste 30km et moins de 4h30. 
Cette partie est piégeuse avec de nouveau beaucoup de gel et de chemins plutôt technique. A 5km du ravitaillement on retombe sur la route en faux plat descendant, là je déroule j'arrive au ravitaillement de Soucieu km51 en 7h12, lors de ce ravitaillement on est au chaud et je sais que si je veux faire moins de 10h il me faudra faire l'impasse sur le dernier (à 11km de l'arrivée) donc je mange bien, je fais le plein d'eau et j'emporte de quoi manger d'ici la fin.

C'est très dur de repartir la fatigue, les crampes, la fièvre (revient) et surtout le froid est encore plus présent au petit matin, cette portion est la partie facile de l'épreuve avec 10km en faux plat descendant avec 2 petites côtes que je fais rapidement pour arriver au dernier ravitaillement Km61 en 8h16 que je passe sans m'arrêter.

On descend au bord d'un étang, puis une longue descente dans un parc avant une dernière? montée (enfin je croyais) mais non il en reste encore deux (même si je crois que la fatigue me faisait pensée à des côtes qui n'en étaient pas vraiment). Une fois le dernier faux plat montée (en marchant) on voit enfin Lyon, la descente se fait par 200 marches. Puis entrée dans Lyon, l'avantage d'arriver après 9h le monde est présent sur le pont de l'arrivée et bien avant la hall Tony Garnier, la ça y est je me dis que je l'ai fais, il reste qu'à profiter des gens des sourires et d'oublier les crampes et multiples douleurs, je rentre dans la hall et passe la ligne en 9H40 pour finir ces fichus 72km et 1900m de D+

                             Romain             
                                        
les Réactions
Commentez cette actualité
Pour commenter une actualité il faut posséder un compte sur le site FFA, utilisez la rubrique ci-dessous pour vous identifier ou vous créer un compte.
Login (Email) : 
Mot de Passe : |
mot de passe oublié ?
16/08 >
17/06 >
02/06 >
24/04 >
21/03 >
31/01 >
31/01 >
06/12 >
29/09 >
17/07 >
05/07 >
25/06 >
05/06 >
05/06 >
23/05 >
12/05 >
12/04 >
10/04 >
07/04 >
04/04 >
Nos lecteurs
ICI !
Les Espaces



  

Retrouvez les infos
pour la saison 2018/19
dans la rubrique Informations Club













INSCRIPTIONS
Permanences au stade pour réceptionner les inscriptions les :
mercredi 12 & 19/09 du 15h à 19h

vendredi 14 & 21/09 à 18h30